31/10/2009

Esprit d’escalier

A dix jours de son départ, Pascal Couchepin « découvre » le chancre de la pro-pharmacie. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Le reproche s’adresse d’ailleurs à une bonne demi-douzaine de ses prédécesseur-e-s.

Depuis trois-quarts de siècle, la législation genevoise prohibe cette pratique. Ce n’est pas un miracle de la politique, cela est dû à la déontologie des professionnel-le-s de la santé de ce canton, singulièrement les médecins et les pharmacien-ne-s : hommage à elles et eux !

L’ironie du sort fait qu’un médecin genevois, devenu président de la FMH, doit défendre les médecins de nombreuses régions de Suisse qui – paraît-il – ne pourraient avoir un revenu décent sans cette pratique. Resterait aussi le niveau de l’accessibilité aux soins dans certaines régions.

En tout état de cause, la solution ne doit pas être le maintien de l’anomalie majeure que constitue la pro-pharmacie.

10:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pro-pharmacie | |  Facebook

23/10/2009

Le Populisme

Kekseksa dirait la Zazie de Queneau

Le populisme est la fâcheuse manie consistant à servir systématiquement les réponses les plus simplistes et les plus simplificatrices aux problèmes très complexes et délicats à résoudre qui sont singulièrement le lot de notre temps.

Ces réponses - qui constituent des insultes à l'intelligence des citoyennes et des citoyens - sont bâties autour du thème : il faut faire comme au bon vieux temps, comme il y a 50 ans, 100 ou 150 ans. Le hic, c'est que ce "bon vieux temps" n'existe que dans la mauvaise foi des populistes, pas dans la vraie histoire des peuples !

Un autre thème favori des populistes : tout va bien en Suisse, tout doit rester immuable... sauf l'Etat social qui est à démanteler d'urgence.

Le populisme est le virus que l'Union Démocratique du Centre (UDC) instille quotidiennement dans l'organisme de la Suisse. L'UDC n'unit rien, ni personne; l'UDC n'a rien à voir avec le centre (sinon l'épicentre d'un cataclysme) et commence à avoir des rapports ténus avec la démocratie, sinon la plébiscitaire.
 

13:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : populisme | |  Facebook

20/09/2009

27 septembre 2009 : révision de l’imposition des personnes physiques (LIPP)

Spécialement conçu pour les Genevoises et les Genevois, un scénario de Leopold von Sacher-Masoch : donnez aux riches, dévalisez les collectivités publiques, vous vivrez heureux et contents ; vos enfants seront prospères.

11:56 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : lipp | |  Facebook

27/08/2009

Pas d’amis

Il y avait eu un parlementaire français.
Il y eut un ministre des finances allemand.
Il y a eu l’OCDE, l’administration américaine dès le 21 janvier 2009 (où êtes-vous les bien-aimés Bush père et fils ?), les Lybiens.
Pitié, vous avez tous oublié que les Suissesses et les Suisses, la Confédération suisse « Y’en a point comme nous ».
Dès aujourd’hui c’est « Y’en a point d’amis ».
Le refus du 6 décembre 1992 se paie, à taux d’usurier.
Si seulement nous avions autre chose que des ambigüités et des propos de café de commerce en matière de politique européenne.
Il y a peut-être pire que l’ASIN.

09:33 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

13/08/2009

Le léopard d’or et le tigre de zinc

Chaque année, avec le retour du Festival de Locarno, revient la polémique contre un chef de section d’un office fédéral transformé pompeusement en « Monsieur Cinéma », alors que la conduite politique des affaires culturelles ne fait pas l’objet d’une analyse critique digne de ce nom.
Il en va de même, d’ailleurs, de la politique sociale, de la santé, de la rodomontade, etc.
Triste surtout en 2009, lorsque le titulaire s’apprête à passer la main. Il est arrivé en 2003, bombant le torse, roulant les mécaniques et on allait voir ce que l’on allait voir. Vous pensez, un homme, pas une femme – de gauche, de surcroît.
On a vu : RIEN, plus l’ignominie de la cinquième révision de l’assurance-invalidité.
Laissez momentanément le chef de section en paix et essayez de savoir de la bouche du conseiller fédéral, qui n’a pas encore bouclé ses valises, ce que c’est que « un cinéma populaire de qualité » que l’on doit soutenir avec l’argent public ?
Quel est le prix du navet en Suisse aujourd’hui ?

10:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

05/06/2009

Que faire de Pascal Couchepin ?

Depuis quelques temps, il ne se passe de jour où un organe de presse n’évoque le départ à la retraite de Pascal Couchepin.

L’âge n’est pas la seule raison. Pensez à Gustave Ador ; la longévité au gouvernement non plus, souvenez-vous de Ludwig von Moos, au même département, avec le même résultat tangible, mais sans l’ignominie de la Ve révision de l’assurance-invalidité.

Imaginez l’état des finances fédérales si on devait passer par pertes et profits l’éléphant valaisan qui se promène dans le magasin de porcelaines que constituent la sécurité sociale, la santé, la culture, etc.

Non, à perpète au gouvernement, jusqu’à ce qu’il produise quelque chose d’utile à nos concitoyen-nes, surtout aux plus défavorisé-e-s d’entre eux !

Au fait, y a-t-il une rubrique « débiteurs douteux » dans les comptes de la Confédération ? Dans son propre intérêt, Merz devrait s’en préoccuper.

08:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

31/05/2009

4 juin 1989 – 4 juin 2009

Vingt ans déjà depuis le massacre de Tien An Men.
Le monde occidental, qui n’est plus que l’ombre de lui-même, exécute une frénétique danse du ventre autour du régime chinois.
Quelle géniale idée : conjuguer le plus raffiné du stalinisme et le plus grossier du capitalisme.

21:55 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 4 juin | |  Facebook

24/03/2009

La machine à remonter le temps

Nous vivons vraiment un temps de progrès.

  1. Les gouvernements, de plan de relance en plan de relance, distribuent de l’argent qu’ils n’ont pas. Là, nous remontons à la Révolution française, vous savez, les assignats. L’âme d’un certain banquier Law doit se délecter.
  2. Nos petits-enfants trouveront-ils, dans leurs affaires de famille, des « emprunts russes » de 2009 qu’ils essaieront désespérément de négocier ? Là, nous ne remontons qu’au début du XXe siècle.
  3. Depuis le début de l’année, le Conseil fédéral me fait penser à l’une des périodes peu connues ou méconnues de la Révolution française : le Directoire. Hans-Rudolf Merz en Barras. Un film de Sacha Guitry et là nous oscillons entre la fin du XVIIIe siècle et l’après-guerre.
  4. En deux ans, Benoît XVI a ramené l’Eglise catholique romaine au Moyen Âge. A quand le retour du peuple déicide. Forcément, ça m’intéresse.

Je vous le dis : nous rajeunissons !

17:56 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/03/2009

Des jugements portés sur autrui

J’ai appris en lisant « Pages de Gauche » (dernier numéro) que notre très sérieux et circonspect camarade Eric Peytremann, nous tenait en bien piètre estime. Il utilise quelques substantifs et quelques épithètes peu flatteurs.

Depuis 30 ans, nous sommes déjà les béotiens ignares de « Domaine Public ». Il faut toujours nous réapprendre ce qu’est le vrai socialisme. Quelle chance nous avons : tant de pédagogues !

J’oubliais, bien sûr, le socialisme selon Saint-Media, qui nous peint périodiquement le socialisme tel qu’il devrait être, vu des salles de rédaction.

A vos souhaits !

17:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

04/03/2009

Arrogance et fatuité

Nous pourrions rire. Nous aurions tort. Des milliers de places de travail sont en jeu. La survie de centaines de petites et moyennes entreprises (authentiques pourvoyeuses de places de travail «saines») est en danger.

Le secret bancaire chancelle, victime de son arrogance et de sa fatuité, pas sans similitude avec la fin du bloc soviétique entre 1989 et fin 1991.

Quelqu’un se lèvera-t-il pour affirmer que derrière la chose trop exaltée, trop honnie, excès d’honneur, excès d’opprobre, il y a un métier, un savoir-faire, des hommes et des femmes compétents qui ont d’autres services à proposer à la clientèle que … cette chose !

Ça viendra, peut-être.

10:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook