30/09/2010

Solidarité et intelligence

Le dimanche 26 septembre 2010, les électrices et les électeurs du canton de Genève ont refusé à 60 % l’inique révision de la LACI.
Ce même dimanche, la moitié de ce même corps électoral, celui de la Ville de Genève, a accepté à 67 % des voix, l’agrandissement et la rénovation du Musée d’ethnographie.

Solidarité certes, mais aussi lucidité. Il eut été si facile de considérer que dépenser de l’argent pour un musée était superflu par les temps que nous vivons.

Chapeau bas !

13:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laci, musée d'ethnographie | |  Facebook

Qui est le méchant ?

Il paraît que l’affaire de l’amnistie fiscale fâche le Conseil d’Etat. Curieux ! Le Grand Conseil 2009-2013 ne fait que marcher sur les brisées de l’action gouvernementale 2005-2009.

Il m’a toujours semblé que l’inspiration était la même. Il ne faut pas s’arrêter aux détails !

Il ne reste pas d’espace à Genève pour les vertus effarouchées. Qui donc avait piqué les trois « forfaits » des bénéficiaires de l’aide sociale ?

 

13:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amnistie fiscale | |  Facebook

07/08/2010

Andorre ou St-Marin ? (suite)

Pourquoi l’Acte de Médiation version XXIe siècle sera-t-il féroce ?

 

Certainement pas parce qu’un cruel successeur de Napoléon Ier s’en prendra à la Suisse. Au contraire, à ce stade, la Suisse n’inspirera plus qu’une totale indifférence.

 

L’Acte de Médiation futur sera entièrement le fruit de … la main occulte du marché, tant vénérée par le capitalisme mondialisé.

 

Nous serons enfin in et cool !!!

19:08 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/08/2010

Andorre ou St-Marin ?

En ce lendemain du 1er août 2010, rendons hommage à Christoph Blocher. Il a raison. Il est temps de savoir qui, dans ce pays, assigne à la Suisse un avenir qui se situerait entre Andorre et St-Marin ? Monaco est hors de notre portée ; éventuellement la côte d’or zurichoise, et encore…

 

Cessons de réchauffer de vieilles soupes comme l’Espace Economique Européen. Ce train est passé, il a été manqué, il a fait d’éminentes victimes et nous a fait mettre à la poubelle des tonnes de travail effectué pour rien.

 

Le sort que le plus grand parti de Suisse réserve à ladite Suisse est un avenir qui ressemble au passé du canton de Vaud, du canton d’Argovie et j’en passe. Au XXIe siècle, l’Acte de Médiation risque d’être féroce.

10:08 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

28/02/2010

Recettes de grand-mère

Voici, à l’usage des partis politiques genevois qui doivent renouveler leur présidence, une recette extraite du livre de ma grand-mère :

- choisissez-le (la) un peu autiste, comme on a une coquetterie à l’œil ;
- qu’il (elle) pratique, de longue date, la confusion mentale comme mode de vie et conviction profonde ;
- qu’il (elle) fréquente assidûment l’Oracle du PAV, celui de Delphes est passé de mode.

La recette est infaillible.

15:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : présidence partis politiques genevois | |  Facebook

01/12/2009

Que faire de l’ordre constitutionnel suisse ?

Récemment, un éminent constitutionnaliste, pensant aux minarets, me disait, outré : « Si une initiative fédérale demandant le rétablissement du « J » sur les passeports aboutissait, serait-elle soumise, sans autre, au peuple ? » La réponse est oui, pour deux raisons au moins :

- ayant érigé en « souverain » le peuple, le monde politique a trouvé son merveilleux oreiller de paresse dans la démocratie directe ; il est donc dispensé de courage ;

- il n’existe toujours pas de contrôle de constitutionnalité des lois fédérales; ce contrôle doit intervenir tout-à-fait en amont, c’est-à-dire dès le vote d’un texte en termes identiques, par les deux Chambres, et ceci doit être la tâche du Tribunal fédéral.

Peut-être ainsi, la pudibonderie de vertueux démocrates qui ne peuvent tolérer qu’une poignée de juges censurent le peuple, sera-t-elle épargnée ?

De la même façon, une initiative fédérale dont le but évident est de modifier la constitution fédérale, devrait être confrontée, par le Tribunal fédéral, aux principes intangibles de l’état de droit suisse, notre ordre constitutionnel.

Que dirait-on d’un contrôle du genre de celui exercé par la Cour constitutionnelle italienne sur une démocratie directe foisonnante et anarchique, surgie à la fin du siècle dernier, en raison de la déliquescence des institutions ?

De la honte qui s’est abattue sur nous en ce dimanche 29 novembre 2009, peut-on tirer un remède et un brin d’honneur ?

 

22:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (58) | Tags : minarets | |  Facebook

31/10/2009

Esprit d’escalier

A dix jours de son départ, Pascal Couchepin « découvre » le chancre de la pro-pharmacie. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Le reproche s’adresse d’ailleurs à une bonne demi-douzaine de ses prédécesseur-e-s.

Depuis trois-quarts de siècle, la législation genevoise prohibe cette pratique. Ce n’est pas un miracle de la politique, cela est dû à la déontologie des professionnel-le-s de la santé de ce canton, singulièrement les médecins et les pharmacien-ne-s : hommage à elles et eux !

L’ironie du sort fait qu’un médecin genevois, devenu président de la FMH, doit défendre les médecins de nombreuses régions de Suisse qui – paraît-il – ne pourraient avoir un revenu décent sans cette pratique. Resterait aussi le niveau de l’accessibilité aux soins dans certaines régions.

En tout état de cause, la solution ne doit pas être le maintien de l’anomalie majeure que constitue la pro-pharmacie.

10:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pro-pharmacie | |  Facebook

23/10/2009

Le Populisme

Kekseksa dirait la Zazie de Queneau

Le populisme est la fâcheuse manie consistant à servir systématiquement les réponses les plus simplistes et les plus simplificatrices aux problèmes très complexes et délicats à résoudre qui sont singulièrement le lot de notre temps.

Ces réponses - qui constituent des insultes à l'intelligence des citoyennes et des citoyens - sont bâties autour du thème : il faut faire comme au bon vieux temps, comme il y a 50 ans, 100 ou 150 ans. Le hic, c'est que ce "bon vieux temps" n'existe que dans la mauvaise foi des populistes, pas dans la vraie histoire des peuples !

Un autre thème favori des populistes : tout va bien en Suisse, tout doit rester immuable... sauf l'Etat social qui est à démanteler d'urgence.

Le populisme est le virus que l'Union Démocratique du Centre (UDC) instille quotidiennement dans l'organisme de la Suisse. L'UDC n'unit rien, ni personne; l'UDC n'a rien à voir avec le centre (sinon l'épicentre d'un cataclysme) et commence à avoir des rapports ténus avec la démocratie, sinon la plébiscitaire.
 

13:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : populisme | |  Facebook

13/08/2009

Le léopard d’or et le tigre de zinc

Chaque année, avec le retour du Festival de Locarno, revient la polémique contre un chef de section d’un office fédéral transformé pompeusement en « Monsieur Cinéma », alors que la conduite politique des affaires culturelles ne fait pas l’objet d’une analyse critique digne de ce nom.
Il en va de même, d’ailleurs, de la politique sociale, de la santé, de la rodomontade, etc.
Triste surtout en 2009, lorsque le titulaire s’apprête à passer la main. Il est arrivé en 2003, bombant le torse, roulant les mécaniques et on allait voir ce que l’on allait voir. Vous pensez, un homme, pas une femme – de gauche, de surcroît.
On a vu : RIEN, plus l’ignominie de la cinquième révision de l’assurance-invalidité.
Laissez momentanément le chef de section en paix et essayez de savoir de la bouche du conseiller fédéral, qui n’a pas encore bouclé ses valises, ce que c’est que « un cinéma populaire de qualité » que l’on doit soutenir avec l’argent public ?
Quel est le prix du navet en Suisse aujourd’hui ?

10:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

05/06/2009

Que faire de Pascal Couchepin ?

Depuis quelques temps, il ne se passe de jour où un organe de presse n’évoque le départ à la retraite de Pascal Couchepin.

L’âge n’est pas la seule raison. Pensez à Gustave Ador ; la longévité au gouvernement non plus, souvenez-vous de Ludwig von Moos, au même département, avec le même résultat tangible, mais sans l’ignominie de la Ve révision de l’assurance-invalidité.

Imaginez l’état des finances fédérales si on devait passer par pertes et profits l’éléphant valaisan qui se promène dans le magasin de porcelaines que constituent la sécurité sociale, la santé, la culture, etc.

Non, à perpète au gouvernement, jusqu’à ce qu’il produise quelque chose d’utile à nos concitoyen-nes, surtout aux plus défavorisé-e-s d’entre eux !

Au fait, y a-t-il une rubrique « débiteurs douteux » dans les comptes de la Confédération ? Dans son propre intérêt, Merz devrait s’en préoccuper.

08:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook