14/10/2016

Blog Albert Rodrik

Du désenchevêtrement

Désenchevêtrement est le mot à la mode en politique genevoise cette législature 2013-2018. Il y a un peu plus qu’un quart de siècle, il a été « inventé » par la Confédération pour se délester de ses missions en matière de politique sociale. Il fait aussi partie de ces choses que notre Conseil d’Etat genevois s’attribue à partir de lectures très personnelles de la nouvelle Constitution. Et dire que l’on disait que la Constituante n’avait pas fait grand-chose !

Désenchevêtrement est un vocable, considéré présentable, alors qu’il est synonyme de démolition, de destruction dont la conséquence est toujours le recul social assuré.

Aujourd’hui, des pans entiers de politiques publiques sont devenus toujours plus complexes et plus coûteux. La plupart ne sont plus à la portée d’une seule collectivité publique. Au contraire, elles ont (nous avons) un impérieux besoin de travail en commun, de partenariats réels, n’excluant pas les apports privés. Ce que nous appelons le faire ensemble. Pas le troc, la complémentarité.

Bon sang ! Nous ne sommes pas des toutous, qui se croyons obligés de marquer leur territoire à tout bout de champ et à tout propos …

16:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.