07/05/2014

Premières annonces douteusese

Avant même de publier son programme de législature, le Conseil d'Etat – vendange 2013 – nous envoie quelques messages mêlant le raisonnable et le pernicieux.

Il renonce à remettre la fiscalité communale et sa péréquation sur le métier pour le moment. L'actuelle est plutôt récente, accouchée non sans peine, mais fruit d'un très louable consensus. L'actuel ministre des finances doit s'en souvenir.
Il met en avant la volonté de régler d'abord les questions institutionnelles à propos desdites communes. L'espace laissé par la Constitution au législateur, en cette matière, est vaste mais comporte un code de conduite à l'égard des collectivités locales.

Excellente logique, mais après, cela se gâte ! L'intention proclamée est de : chasser les doublons et désenchevêtrer. Nous connaissons le vocabulaire et nous avons vécu sa mise en œuvre et ses conséquences.
D'abord à propos de sécurité sociale et de politique sociale entre la Confédération et les cantons. Opération rétrograde et recul net. Demandez aux personnes handicapées et à leurs proches.

Nous l'avons vécu ici entre Ville et Canton dans le domaine du subventionnement des associations œuvrant dans le secteur santé/social. Lesdites associations connaissent les résultats… depuis 2006. Cela avait fait dire à Charles Beer en 2007 : je ne me prêterai pas à un Yalta de la culture. Prophétique; bientôt le 70e anniversaire de la Conférence de Yalta.

11:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.