10/03/2013

Quel appétit mes aïeux !

Depuis des décennies et de façon constante, le corps électoral genevois ne manque jamais de signifier aux partis politiques qu’il déteste les goulus et les anthropophages.

Réuni en congrès, le parti socialiste genevois a cru pouvoir s’affranchir de ces prudences réservées aux vieux et aux timorés.

Pour cela, il a accompli deux exploits quasi olympiques :

- il a fait le tri parmi 46 candidats au Grand Conseil pour en garder … 42, sublime « primaire » au nom du respect des quotas ;

- ayant choisi de garder quichottesquement ses 4 candidats au Conseil d’Etat, il a senti le besoin de susciter de suite des blessés et des éclopés en soumettant ces 4 au vote de l’assemblée pour savoir dans quel ordre on devait préparer les bulletins de vote.

Réussite totale !

Ma suggestion à Charles Beer : imposer à tous les élèves du canton la lecture d’un bijou de la littérature genevoise de la fin du 19e siècle intitulé « un estomac d’Autriche » de Louis Dumur.

En septembre 2013, nous fêterons le 125e anniversaire du parti socialiste suisse.

Ouf, il restera un peu de temps avant le 6 octobre.

19:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook