08/02/2012

Un film hors du commun

Précipitez-vous pour voir, aux cinémas du Grütli, « Le Cheval de Turin » du hongrois Béla Tarr.

Longue fresque sur la misère, la désolation, l’aridité de la terre et des sentiments, un vent incessant qui sécrète une musique aussi lancinante que la détresse humaine qui fait la trame du « récit » tissé d’incessantes répétitions qui constituent la substance même de la vie, même de la nôtre.

Autoritarisme stupide et docilité de femme que chaque regard dément !

Des migrants chassés comme des bandits, baptisés tziganes et donc voleurs (nos Roms) repoussés sans ménagement, à la hache, mais qui, en partant, laissent quelques pièces pour payer l’eau du puits, puits dont l’assèchement mettra un terme à tout ceci.

Je recommande l’attention pour un passage de moins de dix minutes, presque en plan fixe, au cours duquel un paysan de passage décrit l’état du monde. Pas la peine d’aller à Davos !

Je vous le dis, Kaurismäki exsude la joie de vivre.

11:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cheval de turin | |  Facebook

Commentaires

Il est vraie que la rareté et la retenue font le prix des choses. Pour ma part j'aimarais bien vous lire plus souvent sur votre blog. Au plaisir

Écrit par : JF Mabut | 08/02/2012

Les commentaires sont fermés.