31/10/2009

Esprit d’escalier

A dix jours de son départ, Pascal Couchepin « découvre » le chancre de la pro-pharmacie. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Le reproche s’adresse d’ailleurs à une bonne demi-douzaine de ses prédécesseur-e-s.

Depuis trois-quarts de siècle, la législation genevoise prohibe cette pratique. Ce n’est pas un miracle de la politique, cela est dû à la déontologie des professionnel-le-s de la santé de ce canton, singulièrement les médecins et les pharmacien-ne-s : hommage à elles et eux !

L’ironie du sort fait qu’un médecin genevois, devenu président de la FMH, doit défendre les médecins de nombreuses régions de Suisse qui – paraît-il – ne pourraient avoir un revenu décent sans cette pratique. Resterait aussi le niveau de l’accessibilité aux soins dans certaines régions.

En tout état de cause, la solution ne doit pas être le maintien de l’anomalie majeure que constitue la pro-pharmacie.

10:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pro-pharmacie | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.