23/10/2009

Le Populisme

Kekseksa dirait la Zazie de Queneau

Le populisme est la fâcheuse manie consistant à servir systématiquement les réponses les plus simplistes et les plus simplificatrices aux problèmes très complexes et délicats à résoudre qui sont singulièrement le lot de notre temps.

Ces réponses - qui constituent des insultes à l'intelligence des citoyennes et des citoyens - sont bâties autour du thème : il faut faire comme au bon vieux temps, comme il y a 50 ans, 100 ou 150 ans. Le hic, c'est que ce "bon vieux temps" n'existe que dans la mauvaise foi des populistes, pas dans la vraie histoire des peuples !

Un autre thème favori des populistes : tout va bien en Suisse, tout doit rester immuable... sauf l'Etat social qui est à démanteler d'urgence.

Le populisme est le virus que l'Union Démocratique du Centre (UDC) instille quotidiennement dans l'organisme de la Suisse. L'UDC n'unit rien, ni personne; l'UDC n'a rien à voir avec le centre (sinon l'épicentre d'un cataclysme) et commence à avoir des rapports ténus avec la démocratie, sinon la plébiscitaire.
 

13:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : populisme | |  Facebook

Commentaires

Le vrai hic, hélas, à compter leurs adeptes, c'est qu'ils n'insultent rien qu'on puisse nommer intelligence...

Écrit par : Azrael | 23/10/2009

Un socialiste qui vante la démocratie ! On aura tout vu ! Relisez les archives de votre organe officiel, le Berner Tagwart, et le souvenir de votre ex-secrétaire général J.P. Mettral sera très présent. Souvenez-vous que, grace à lui, le PSS était en pamoison devant les dictateurs socialistes de l'ex-bloc de l'Est ! Ce n'est pas l'UDC qui adorait Honecker (Président de la RDA) mais bien le PSS grace à H. Hubacher qui passait ses vacances dans sa propriété. Ce n'est pas l'UDC qui écrivait des messages enflammés à Ceaucescu mais bien le PSS sous la plume de J.-P. Mettral ! Alors la démocratie façon PS, n'en parlons pas !

Écrit par : octave vairgebel | 23/10/2009

Les fascos, ne peuvent rien faire d'autre que de donner des réponses simplistes, c'est justement à ça que l'on reconnait le fascisme !

Écrit par : corto | 23/10/2009

Ce concept de « populisme » recouvre un champ d’application si vaste qu’il en perd tout sens. Il s’applique à la gauche comme à la droite, à l’art, à la littérature, au cinéma, aux émissions télévisuelles, aux journaux du dimanche. Aucun domaine n’échappe à l’injure : les journalistes de tous bords l’utilisent. Veut-on diminuer les impôts ? Populisme ! Envisage-t-on de dénoncer les problèmes de sécurité ? Populisme ! Faut-il défendre le libéralisme ? Populisme ! Le combattre ? Populisme ! Ne pas soutenir Obama ? Affirmer qu’une Gay Pride équivaut à une Hétéro Shame ? Prétendre que l’école ne va pas comme elle doit ? Populisme ! Populisme ! Populisme ! C’est un peu « Le poumon » du Malade Imaginaire, diagnostic universel et passe-partout.

On a le sentiment qu’on traite de populiste toute personne qui parvient à se faire comprendre clairement des gens. Qui plus est, aujourd’hui toute critique fondée devient « populiste ». Aussi le mot ne signifie-t-il rien de précis mais il fonctionne fort bien. Il fonctionne comme le fameux « fascisme » que lançait la gauche à la tête de ses adversaires et de ceux qui ne partageaient pas son idéologie. C’est ce genre de termes émotionnels qu’il est facile d’utiliser et qui est tout bénéfice pour les songe-creux : on n’a pas besoin de débattre puisque le débat est confisqué. En effet, personne ne sort grandi d’argumenter contre un populiste ; qui s’y aventurerait serait sali. Donc c’est un terme de combat, monté de toute pièce, qui a pour dessein de discréditer l’adversaire et qui est brandi dans le jeu sitôt qu’on perd la main. C’est le mot du néo-rebelle, celui à qui on ne la fait pas, qui en a vu d’autres.

Chaque époque, en fait, génère son quota de mots usés jusqu’à la corde mais qui impressionnent parfois les gobe-mouches. Tenez, le « vivre-ensemble » par exemple. Ah ! le « vivre-ensemble » ! Si vous entendez valoriser les nuances, les différences, enfin tout ce qui sépare peu ou prou les individus au lieu de les rassembler dans une belle phrase d’où jaillirait comme il se doit l’amour fusionnel, on vous soupçonne de torpiller le « vivre-ensemble » ! Pauvre de vous ! Et si vous insistez, si vous ne vous rétractez pas sur-le-champ, vous y aurez droit : vous serez un vieux populiste ! Je ne donne pas cher de votre avenir.

Écrit par : Jean Romain | 23/10/2009

Eh oui, M. Romain,certains mots peuvent paraître usés, si j'en crois votre leçon de "relativisme" lexical, mais rien n'empêche d'en choisir le sens:

-Quand j’utilise un mot, dit Humpty Dumpty sur un ton plutôt méprisant, il signifie exactement ce que je choisis de lui faire dire – ni plus, ni moins.
-La question, répondit Alice, est de savoir si vous pouvez lui faire dire autant de choses différentes.
-La question est de savoir qui est le maître, dit Humpty Dumpty, c’est tout.

Écrit par : Azrael | 23/10/2009

Le "populisme" ne se nourrit que des décalages laissés ouvert par des politiciens imbues d'eux même ou idéologiquement bornés et aveuglés.

C'est tellement évident que ca me fait de la peine de devoir le redire. Et l'insulte a intelligence n'est pas ou certain le pense.

Écrit par : Eastwood | 23/10/2009

Les commentaires sont fermés.