18/06/2008

Autisme ou quoi ?

Les Irlandaises et les Irlandais ont dit « NON » à 53 % ; même résultat que le vote français et pas très loin du score néerlandais. A entendre les commentaires officiels et officieux, on dirait qu’un siècle sépare les deux (ou trois) événements. Leçons pas retenues : pas de contenu social, pas de lien avec la vie quotidienne des personnes, sans lien avec la précarité, l’inquiétude du lendemain. Ce n’est pas parce que, à comparer avec les peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, nous nous trouvons sur un autre registre que ces soucis peuvent paraître dérisoires, qu’ils ne sont pas légitimes ; plutôt dix fois qu’une.

N’est-ce pas que la pondération des voix au Conseil des Ministres est particulièrement jouissive, pour les cas où le vote à l’unanimité ne s’impose pas ?

Que dire des circonstances permettant de ne pas voter à l’unanimité ? Erotique, je vous dis ! Spécial pour chômeur.

* * *
A la fin du XXe siècle, l’Union a privilégié l’agrandissement ou l’élargissement au pas de course, au détriment de l’approfondissement.

C’est la victoire de ceux qui ne veulent que d’un vaste marché commun, pas d’une véritable Union ayant un contenu politique inspiré de valeurs, un acteur fort sur l’échiquier politique mondial, un rempart contre le capitalisme sauvage et le saccage de l’environnement, un ensemble ayant vocation à ne pas laisser la planète à la merci d’une seule super puissance. N’allez pas chercher loin : à Berne, en 2050, on préparera les bilatérales 10. Passionnant. Gare aux ides de mai 2009 !

* * *

Se tromper est dans la nature humaine. Cela permet d’apprendre et de grandir. Le refus d’apprendre, de tirer la leçon des mésaventures est facteur de destruction. Cela doit rapporter quelque chose à quelqu’un… au minimum !

Albert Rodrik
Juin 2008

14:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.