27/11/2007

Recordon et compagnie

Le message de Luc Recordon est peu "lisible". Certes, il affirme bien qu'il ne veut pas s'en prendre à un individu, mais à la dérive d'un parti.

Il est, toutefois, volontaire pour gouverner… avec l'UDC.

Tout ceci est faux, il faut refuser de gouverner avec l'UDC. Il faut en finir avec l'actuelle "gouvernance" de ce pays.

Quand mettra-t-on enfin au Musée national suisse le pacte d'armistice ayant mis fin à la guerre du Sonderbund ? 160 ans, ça suffit !

Ceci dit, le groupe socialiste s'illustrera-t-il en préférant Merz à Recordon ? Beau Noël en perspective.

14:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

C'est drôle cette idée de vouloir se débarasser d'un parti qui a de plus en plus d'électeurs. Ne vaudrait-il pas mieux de se débarasser d'un parti qui en a de moins en moins ? D'après les résultats des dernières élections fédérales, le PSS entre tout à fait dans ce crénaux ! A moins que les résultats correspondent aux espoirs du PSS ! Vous réfléchissez beaucoup M. Rodrik, plus que quand vous assistiez aux cours de la Protection Civile à Onex !! Là, il est vrai, que le niveau des cours était limite et proche des véritables objectifs du PSS ! Donc, sans aucuns intérêts

Écrit par : Octave Vairgebel | 27/11/2007

Cher Monsieur Rodrik,

Une fois de plus vous nous montrez que vous êtes un socialiste du passé.

Ne prenez pas cela pour une attaque, c'est un regret!

Oû est allé le PSG qui faitsait honneur à ces serviteurs de petits et des modestes en mettant à leur service une élite intellectuelle d'ouverture.

Je ne suis pas flagorneur et je pense que si vous avez été, en son temps, chef de Cabinet de M. Segond, c'est précisément parce que vous répondiez à l'exigence, d'intégrité et de disponibilité.

A quoi assiste-t-on aujourd'hui?

A un étalage de vanités diverses, aussi incongrues les unes que les autres.

Recordon procède de cette même dérive, ce qui le pousse à se la jouer prso!

Tout comme Brunier qui se répand sur la TSR (TTC du 26/11/07) dans laquelle il déclare, en rupture totale avec l'axe politique naturel du PSG, que les socialistes genevois représentent la classe moyenne!!!

Evidemment qu'un élu PS qui cumule des fonctions incompatibles et encaisse des bonus indus, ne peut plus prétendre représenter ce qui constitue la base du PS!!!

Pour refuser de gouverner avec l'UDC il faudrait avoir le courage de partir dans l'oppopsition!

Or toute ce qui est ci-avant démontre que le PSG actuel est comme le chien de la fable du loup et du chien, heureux d'être attaché à son maître qui lui donne sa pitance sans qu'il ait à courir!

Je crois, moi aussi, que la concordance actuelle confine à l'oligarchie car elle ne vise qu'à se maintenir au pouvoir coute que coute.
Même et surtout quitte à perdre son âme!

Merci Monsieur Rodrik de poser ces questions, mais ne sont-elles pas vaines à l'intérieur de votre parti politique?

Ne vaudrait-il pas mieux vous en extraire et en devenir l'aiguillon qui le contraigne à réfléchir?

Au fait, y-t-il encore des gens de gauche tant à la tête des socialistes que des Verts genevois?

Moi je n'y vois que des profiteurs et beaucoup de menteurs.

Écrit par : Michel Servet | 27/11/2007

Adolf Ogi était aussi un SVP-UDC et personne ne le critiquait à part sur son expression "forrrmidable".
Voter SVP-UDC, n'est pas forcément accepter Blocher. Mais soutenir Samuel Schmid...
Refuser de gouverner avec le SVP-UDC serais refuser aussi la concordance.
Mais, avant que les Verts puissent exiger une place de conseiller fédéral, il va s'en passer du temps.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 27/11/2007

La "stratégie" de Recordon est parfaitement ridicule. personne ne va bouger et il va récolter deux ou trois voix des marginaux de son parti. C'était croire que le PDC est définitivement acquis à la gauche alors que c'est surtout le parti des parfaits faux-jetons. Pas vrai, M.Neyrinck ?

Écrit par : GéoG | 27/11/2007

Cher Albert,
Il est curieux que tes commentateurs n'aient pas vu que ce que tu critiques, avec raison, dans l'attitude de Recordon c'est l'incapacité de ce dernier de comprendre le véritable enjeux. Cet enjeu est de mettre un terme à la manière anachronique, appelée consensuelle, avec laquelle la Suisse est gouvernée, manière incompatible avec les exigences de notre environnement économique, social et politique nouveau. Gouverner sans l'UDC, pourquoi pas ? Option peu réaliste cependant pour ceux qui se rappellent que la Suisse vote et élit à droite à raison de 65 % et qui imaginent mal les radicaux et le PDC conclurent avec le PS un programme sérieux de gouvernement pour ce pays tant leurs vision respective du rôle de l'Etat et leurs projet sde société s'opposent.

Écrit par : Pierre Kunz | 28/11/2007

A moins, cher M.Kunz, que vous ne lisiez pas correctement les commentaires...

Écrit par : Géo | 28/11/2007

Ce fil est amusant, aprés, car la stratégie de Recordon ..

Écrit par : Moustique | 23/02/2008

Les commentaires sont fermés.