15/11/2007

Services Industriels de Genève : quelle leçon à tirer ?

Le vaudeville des SIG n'en est peut-être pas encore à son dernier acte, mais on peut déjà tirer quelques leçons, que j'assume à titre personnel.
1.    Les socialistes ont grande facilité à donner des leçons et de grandes, très grandes difficultés à donner l'exemple. Ce n'est pas nouveau, mais cela ne semble pas s'arranger.
2.    Un certain nombre - indéterminé - de socialistes semble manquer de repères éthiques forts, s'agissant de l'argent. Ne leur jetons pas la pierre, nous vivons dans une société qui dilue le sens moral s'agissant d'argent. Vous savez bien :
- l'argent n'a pas d'odeur,
- l'argent public n'est à personne, il est à tout le monde,
- l'argent privé a sûrement été mal gagné à l'origine, pourquoi se gêner ?
Le rapport à l'argent est très difficile et très délicat. Aucun enseignement autorisé à ce sujet n'existe. Chacun a l'obligation de se doter d'un système d'alarme personnel.
3.    Les gens de gauche ont toujours oscillé entre Danton et Robespierre. De nouveaux modèles existent sûrement.

4.    Dans mon parti ou dans celui des voisins, comment diable choisit-on ses mandataires ? Dans les entreprises privées ou dans le secteur public, le recrutement du moindre employé fait l'objet de bien plus de soins. Pourtant, les couacs sont à la tonne. Certes, mais une introspection sur nos méthodes de sélection paraît urgente.

08:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Votre franchise vous honore,
Votre lucidité est porteuse d'espoir,
Votre conslusion risque fort de rester lettre morte!

Je ne suis pas socialiste c'est connu.

En revanche il est des socialistes dont je respectent l'action, voire la soutiens en m'engageant à leurs côtés. Se sont de vrais amis et surtout d'excellents "mandataires" tant au niveau cantonal que fédéral.

Votre commentaire montre que De Gaulle avait raison lorsqu'il disait qu'il est difficile d'avoir un idéal et presque impossible de le conserver lorsqu'on gouverne!

Il y a toutefois des limites à ne pas dépasser, surtout en tout impunité.

Merci encore de votre billet dont la pertinence n'éhappera, bien entendu, qu'à ceux qui sont concernés au premier chef!

Merci aussi à ces amis socialistes qui conduisent une action conforme aux idéaux louables de votre formation .

Cordialement,
P. Dimier

Écrit par : Patrick Dimier | 15/11/2007

Le PS n'est pas encore au bout de ses déboires car depuis que Stauffer à mis le bâton dans la fourmillière, les SIG ne sont que la pointe de l'iceberg. Vivement la suite de la très longue histoire.

Écrit par : Octave Vairgebel | 15/11/2007

Camarade Rodrik:

Bravo pour voter autocritique. Une question demeure cependant: pourquoi les gens de gauche ont-ils/elles tant de problème avec l'argent et le profit? Avec le Dalai Lama, je dirais qu'en soi, le profit n'a rien de mauvais. Ce qui peut l'être (mais ne l'est ni systématiquement ni toujours) est l'utilisation qu'on en fait.

Écrit par : Rob Degudy | 17/11/2007

Droite ou gauche au final....

Écrit par : Trouvea | 26/10/2011

Les commentaires sont fermés.